Les Liquidateurs

Le mémorial de la nuit de Tchernobyl. Pour les morts et ceux qui ne naîtront pas… écrit dans la pierre pour les vivants.

Ces camions de pompiers ne retourneront jamais dans leurs garages et ceux qu'ils portaient ne rentreront jamais chez eux. Ils furent les premiers sur les lieux en pensant qu'il s'agissait d'un incendie ordinaire. Ils ne savaient pas ce qu'ils allaient réellement affronter.

Les "Liquidateurs" furent recrutés ou forcés de participer au nettoyage ou à la remise en état des conséquences de l'accident.

En tant que gouvernement totalitaire, l'Union Soviétique envoya beaucoup de jeunes soldats pour aider au nettoyage de l'accident de Tchernobyl, mais ne put leur fournir les vêtements de protection appropriés – ou la moindre explication sur les dangers encourus.

Plus de 650.000 liquidateurs participèrent au nettoyage du désastre de Tchernobyl la première année. Ce groupe inclut ceux qui travaillèrent à la construction de l'enceinte de confinement, appelée le SARCOPHAGE, au-dessus du réacteur n°4.

Ci-dessous : des liquidateurs en route pour Tchernobyl.

Des soldats sur le toit du réacteur n°3, après l'explosion, ramassent des morceaux mortels de graphite radioactif et les jettent dans le chaudron du cœur du réacteur démoli.

Au début, ils essayèrent d'utiliser des robots, mais les engins se désactivaient sous le fort taux de radiations ou bien se bloquaient dans des débris, alors ils envoyèrent des centaines de soldats-robots biologiques.

Travailler sur le toit était le travail le plus court de tous, et terminé en seulement deux minutes. Beaucoup de soldats s'étaient ainsi vu offert le choix de remplir leurs obligations nécessaires à leur départ de l'Armée. Ou bien ils passaient deux années sous la pluie d'enfer des balles, des missiles et des bombes en Afghanistan, ou bien ils restaient deux minutes sous la pluie tranquille, silencieuse et invisible des rayons gamma sur le toit du réacteur n°3.

Ce qu'il reste du réacteur n°4