La centrale nucléaire

En général, à ce moment du voyage, un compteur Geiger qui "bip" incite à accélérer et quitter l'endroit en toute hâte. Le bouquet d'arbres en face de moi est appelé le bois rouge – ou le bois "magique". En 1986, ce bois luisait en rouge à cause des radiations. Ils coupèrent les arbres et les enfouirent sous un mètre de terre.

Les lectures sur les dalles d'asphalte indiquent 500 à 3.000 micro-roentgens, selon l'endroit où vous êtes. C'est de 50 à 300 fois le rayonnement d'un environnement normal. Si je me tiens 10 mètres plus loin, le compteur Geiger arrive en dépassement de gamme. Si je marche quelques centaines de mètres en direction du réacteur, la radiation est de 3 roentgens par heure – ce qui est 300.000 fois la normale. Si je continue de marcher vers le réacteur, je brillerais dans la nuit ce soir. C'est peut-être pour cela qu'ils appelèrent ce bois le bois "magique". C'est une sorte de magie que de marcher avec un cuir de motard et de se retrouver comme un chevalier dans une brillante armure.

Voici le domaine de la Centrale Atomique. Le compteur Geiger indique ici de 500 à 3.000 micro-roentgens par heure.

L'usine a été définitivement fermée en 2000. Il va bientôt falloir construire un nouveau sarcophage, parce que le premier, qui a été construit à la hâte, commence à se désintégrer.

Seule une très petite quantité de radiation a pu s'échapper. La plupart des scientifiques pensent que plus de 90% des radiations est encore sous le sarcophage. Les restes du combustible radioactif sont appelés le "Pied d'Eléphant", à cause de leur apparence. Environ 190 tonnes d'uranium et une tonne de plutonium réellement dangereux sont encore là, et si le méchant éléphant nucléaire sort son pied, nous aurions un très gros problème.